Portraits

d'entreprises

  07.05.2019, 11:26

Takeda

Takeda, un leader japonais de la biopharmaceutique à Neuchâtel

Avec plus de 600 collaborateurs, c’est l’une des entreprises les plus importantes du canton dans le secteur de la biotechnologie. Le site de production situé à Pierre-à-Bot, fondé par Baxter en 1996, a été connu des Neuchâtelois sous diverses identités. Ce fleuron de la biotech neuchâteloise porte depuis janvier 2019 le nom de son nouveau propriétaire, Takeda.

Takeda est un leader biopharmaceutique mondial dont le siège est situé au Japon. Fondée en 1781 par Chobei Takeda, un herboriste d’Osaka adepte de la médecine naturelle japonaise et chinoise traditionnelles, cette société bicentenaire a la particularité d’avoir perpétué jusqu’à ce jour quatre valeurs fondamentales établies par son fondateur: Intégrité, Equité, Honnêteté, Persévérance.

Takeda-isme: le patient au centre

En outre, la multinationale indique «prendre ses décisions et agir en respectant quatre priorités, suivant cet ordre: le patient au centre, la confiance avec la société, la réputation, et enfin, le développement des activités», ce dernier étant considéré comme une conséquence des trois premières. Une philosophie, appelée Takeda-isme, qui a démontré son succès, Takeda étant aujourd’hui l’une des dix plus grandes sociétés pharmaceutiques au monde. La multinationale concentre ses efforts dans quatre domaines thérapeutiques: l’oncologie, la gastroentérologie, les neurosciences et les maladies rares. Le site de Neuchâtel s’inscrit dans le domaine des maladies rares.

A Neuchâtel, des thérapies pour hémophiles

Le site de Neuchâtel est dédié à la production de trois médicaments qui traitent l’hémophilie. L’hémophilie est une maladie rare héréditaire qui se traduit par une déficience de la coagulation du sang. Depuis près de vingt ans, le site fabrique le même produit: il reproduit la protéine manquante ou déficiente chez les hémophiles A, appelée ‘Facteur VIII’. Il s’agit d’un produit dit «recombinant», qui n’est dérivé ni de matière humaine ni animale. Plus récemment, le site a mis au point le premier médicament «recombinant» pour traiter la maladie de Von Willebrand, une forme rare d’hémophilie. Produire ce genre de médicaments requiert un large éventail de métiers et compétences industrielles.

Un site industriel et une large variété de métiers

Actif jour et nuit sept jours sur sept, le site englobe une large variété de métiers tels que mécaniciens, électriciens, électromécaniciens, automaticiens, micro-électriciens, laborantins, logisticiens, techniciens, ingénieurs et professionnels de la qualité. Takeda Neuchâtel fabrique des médicaments issus du «vivant», une production qui fait appel à des métiers techniques s’inscrivant pleinement dans la culture industrielle du canton. Le site requiert également des professionnels formés à la production industrielle, tels que des technologues en production chimique et pharmaceutique ou des ingénieurs des procédés. La formation professionnelle en biotechnologie devient un point central de sa stratégie. En 2019, l’entreprise lance un programme pilote d’apprentissage menant à l’obtention du CFC de Technologue en Production Chimique et Pharmaceutique, un apprentissage mal connu dans notre canton. Il s’agit là d’un métier d’avenir.


Baxalta Manufacturing Sàrl faisant partie de Takeda Pharmaceutical Company Limited
Route de Pierre-à-Bot 111
2000 Neuchâtel
T +41 32 729 72 97
Date de création: 1996
Statut de la société: Sàrl
Direction: Juergen Wagner
Nombre de collaborateurs: plus de 600 collaborateurs, plus de 30 nationalités
Site internet: www.takeda.com


Top