10.01.2019, 19:18

Pigeons morts dans les rues de La Chaux-de-Fonds

chargement
Une quinzaine de pigeons morts ont par exemple été trouvé à la rue Neuve.

Hécatombe Que se passe-t-il à La Chaux-de-Fonds? Cette dernière semaine, une quarantaine de pigeons ont été vus raides morts dans les rues de la ville. Les autorités vont faire analyser plusieurs des cadavres.

Dans le local de rangement du bureau d’«ArcInfo» situé à la rue Neuve 14 à La Chaux-de-Fonds, si on jette un coup d’œil par la fenêtre, c’est la stupéfaction. Au-dessus d’un filet qui visait à les empêcher de s’installer dans la cour intérieure de l’immeuble, des pigeons – seize en tout – sont raides morts.

Si on n’en avait pas trouvé un peu partout en ville, on aurait pu penser qu’ils avaient été empoisonnés par les responsables du locatif pour les éliminer, car leurs déjections sentent régulièrement fort en été, et diffusent alors une odeur pestilentielle. Mais comme nous sommes en hiver, il est peu probable que cela ait été le cas.

En plus, les dépigeonnages sont plutôt difficiles à cet endroit. Et pourtant, il faut s’y astreindre, car ces animaux sont susceptibles, par le biais de leurs fientes ou des insectes qui les parasitent, de transmettre la méningite, l’escherichia coli, la maladie de Lyme ou encore la salmonellose aux employés qui travaillent dans l’immeuble...

Plusieurs rues chaux-de-fonnières

Si l’on exclut tout acte de dépigeonnage ou de malveillance, est-il possible que le froid hivernal ait tué ces volatiles? «Non, ils sont plutôt résistants», informe Yasmine Ponnampalan, responsable du secteur zoologique au Bois du Petit-Château. Qui nous confirme qu’elle a été «avertie par plusieurs coups de fil que des gens sont tombés, eux aussi, sur des pigeons sans vie ou mal en point dans différentes rues de La Métropole horlogère».

Et on trouve pareil écho sur le groupe Facebook «T’es de La Tchaux, si…», où plusieurs personnes témoignent de rencontres avec des pigeons sans vie. À la place du Bois, à la rue Zimmermann, à la place du Marché, sur l’avenue Léopold-Robert…

«Une quarantaine de dépouilles ont été repérées», souligne Raymond Porret, inspecteur sanitaire au Service de l’urbanisme, de la mobilité et de l’environnement à la Ville de La Chaux-de-Fonds. «Et rien n’indique, pour l’instant, que cela se passe également ailleurs dans les Montagnes neuchâteloises.» En 2011, en ville de Genève, une quarantaine de pigeons avaient péri. «On avait su par la suite qu’ils avaient été tués par une grippe propre à leur espèce.»

Il ne s’agit en tout cas pas de la grippe aviaire, car les pigeons ne sont pas sensibles à cette maladie.
Pierre-François Gobat, vétérinaire cantonal

C’est mercredi que Pierre-François Gobat, le vétérinaire cantonal, a été mis au courant de cette mystérieuse hécatombe. De quoi peut-il donc bien s’agir? Il cite plusieurs hypothèses. «Une intoxication peut avoir frappé ces pigeons, ou peut-être ont-ils été infectés par une grippe qui peut leur être fatale, ou encore par une épizootie, à savoir une épidémie qu’il nous faudra combattre le cas échéant.» Il explique qu’il ne s’agit «en tout cas pas de la grippe aviaire, car les pigeons ne sont pas sensibles à cette maladie».

Un garde-faune a été envoyé par le canton à la rue Neuve 14. À peine y a-t-il aperçu les cadavres des pauvres bêtes, recouvertes de neige, qu’il a, lui aussi, ouvert de grands yeux, estomaqué. Afin de comprendre ce qui se passe, il prélèvera plusieurs dépouilles pour les soumettre à des analyses. «En cas d’épizootie, nous prendrons les mesures qui s’imposent», confirme Pierre-François Gobat. «Le dispositif dépendra du résultat des examens.»

Hécatombe de pigeons à La Chaux-de-Fonds

1/6