13.06.2017, 00:01

La maladie d’amour d’un Japonais

Abonnés
chargement
1/4  

 13.06.2017, 00:01 La maladie d’amour d’un Japonais

Par Alain Prêtre

HORLOGERIE Kenji Tsuchiya est sous le charme de La Chaux-de-Fonds depuis trois ans. Actif au sein de la Manufacture La Joux-Perret, c’est la mort dans l’âme qu’il fait ses valises pour retourner à Tokyo.

Dans l’appartement d’hôtes que ce Japonais de 39 ans occupe depuis trois ans, il n’y a étonnamment pas la moindre référence ostensible à son pays d’origine. «Je n’ai pas accroché de photo du mont Fuji au mur», lâche cet homme de 39 ans. Kenji Tsuchiya n’a pas le mal du pays, bien au contraire. Le sourire irradiant son...

Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top